Edito du Président

Notre secteur est actuellement en pleine mutation et cette évolution va conditionner l’exercice des métiers de demain pour les industriels de l’environnement que nous sommes. Cette transition ne bouleverse pas seulement notre secteur mais toute l’économie de la ressource. Ces enjeux dessinent, pour la fédération, le terrain des actions à mener afin de promouvoir le déchet ressource et de faire mieux entendre les positions de notre profession.

Acteurs centraux et impliqués de l’économie circulaire, nous avons montré notre capacité à nous adapter et cette qualité demeure essentielle pour répondre aujourd’hui aux nouveaux défis. Nous apportons à nos clients, aux pouvoirs publics et à l’ensemble des parties prenantes avec lesquels nous travaillons au quotidien, une vision prospective et réaliste, issue de notre expérience d’industriels. Cette force de proposition est la marque de notre fédération, de notre expertise et de nos contributions à la nouvelle économie en marche.

Nous soutenons les nouveaux objectifs de valorisation que se fixent la France et l’Europe. Ils répondent aujourd’hui à notre volonté constante de développer le recyclage et la valorisation énergétique, et donnent une nouvelle impulsion qui va permettre d’accélérer le captage des matières valorisables. L’énergie issue des déchets a aussi toute sa place dans l’économie circulaire. A travers les combustibles solides de récupération (CSR) produits à partir de déchets non recyclables, la méthanisation et aussi grâce à l’efficacité énergétique des unités d’incinération, les déchets prennent une part active à la politique énergétique. C’est pourquoi l’innovation doit être au cœur de notre démarche d’industriels de l’environnement. Le développement de nouvelles techniques, mais aussi la recherche de nouveaux modèles contractuels permet de contribuer activement à la transition de notre économieet d’anticiper les défis de demain.

Dans notre profession, l’économie circulaire se concrétise surtout à travers des boucles courtes, locales, à l’échelle des bassins de vie, là où le déchet ressource permet de créer de nouveaux échanges entre des acteurs proches. Rappelons aussi que nos métiers ne sont pas délocalisables. Développer notre outil industriel au sein des territoires, c’est aussi créer de l’emploi. Notre profession prend donc une part active à l’économie de notre pays et à la dynamisation des territoires.

Pour toutes les raisons évoquées, nous pouvons être fiers de la contribution positive de nos entreprises au développement de la France industrielle de demain.

Jean-Marc Boursier

Président